Les Françaises et l’accouchement

bbnove e-shop puériculture design - concept store made in france pour bébés Les françaises et l'accouchement

Les Françaises et l’accouchement

En 2017, le taux de fécondité en France se situait autour de 1,88 enfant par femme. Toujours dans la moyenne haute en Europe, mais néanmoins en baisse. Les 767 000 naissances de cette année là se montraient supérieures à l’Espagne, l’Italie ou encore la Hongrie.

La cause à des accouchements plus tardifs ? L’âge moyen au premier enfant est en effet de 28,5 ans, soit 4 ans et demi de plus qu’en 1974.

Choix de la maternité… ou accouchement à la maison !

Quelle maternité choisir ?

L’une des questions les plus importantes que toute femme enceinte se pose assez rapidement durant sa grossesse concerne le lieu de son accouchement.

L’un des critères les plus importants du choix de la maternité est la sécurité et la qualité des soins. Ensuite viennent le coût, la distance, ou encore le confort. Parfois, la question ne se pose pas vraiment selon le département ou la localisation.

C’est généralement le gynécologue ou le médecin traitant qui recommande telle ou telle maternité.

 

Avec 517 maternités en 2016, on en dénombre en France 3 fois moins que 40 ans auparavant. La diminution du nombre d’établissements se confirme d’année en année, avec ses avantages et ses inconvénients.

En nette amélioration, la qualité des soins et des services s’inscrivent clairement du côté des avantages : dans ces maternités de plus grande taille, on trouve d’avantage d’obstétriciens, d’anesthésistes et de pédiatres présents en permanence, et le refus d’accueil par manque de place à reculé.

En revanche, la distance d’accès à une maternité serait plutôt à compter dans la colonne moins.

167.000 femmes résident dans une commune sous-dense en sages-femmes et à 45 minutes ou plus de la maternité la plus proche. Chiffres Dress* 2016

Mais en réalité, s’il existe de fortes disparités selon les départements, le temps d’accès médian semble pourtant rester stable : 50% des femmes mettent moins de 17 minutes pour aller accoucher. Une stabilité qui s’expliquerait par le fait que d’avantages de mamans s’inscrivent d’office dans la maternité la plus proche, ce qui était moins le cas auparavant, où l’on était près à faire plus de kilomètres pour se rendre dans une maternité mieux équipée.

 

Accoucher à la maison : loin d’être un réflexe !

Moins de 1% des naissances s’effectuent en dehors des maternités. Pas encore rentré dans les mœurs de notre pays, l’accouchement à la maison, accompagné par une sage-femme libérale, est jugé plus risqué par de nombreuses françaises, tant pour la mère que l’enfant.

 

Y a-t-il des différences de coûts selon le lieu de l’accouchement ?

La réponse est oui, et parfois très grandes. Mais en France, en dehors des cliniques non conventionnées, des dépassements d’honoraires au pour les cliniques conventionnées ou des options de confort comme la télévision ou la chambre personnelle, les frais liés à l’accouchement sont totalement pris en charge par la collectivité à travers la Sécurité sociale, quelque soit le lieu choisi par les parents.

La Sécurité sociale réserve par exemple un forfait de 350 euros pour les mamans qui souhaitent accoucher à domicile, prenant en charge l’accouchement en lui-même et les visites de la première semaine.

 

Pour vous aider à y voir plus clair, on vous invite à explorer ces 8 pistes pour choisir votre maternité.

 

 

Péridurale, épisiotomie, ocytocine : quelles pratiques de soins lors de l’accouchement ?

Péridurale

En France, 80% des femmes accouchent aujourd’hui sous péridurale, contre 40% en Grande-Bretagne et 15% aux Pays-Bas.

De quoi permettre normalement en cas de bon dosage à la future mère d’accoucher sans douleur, tout en gardant les sensations de l’accouchement, comme nous l’expliquions dans cet article.

Ocytocine

D’après une grande étude INSERM comparant les comportements de périnatalité entre 2010 et 2016  : un meilleur suivi des recommandations a entraîné une baisse de l’administration d’ocytocine, cette une hormone de synthèse permettant d’accélérer un accouchement, souvent utilisée pour contrer le ralentissement des contractions provoquées par la péridurale.

La pratique est en effet passée de 57,6% en 2010 à 44,3% en 2016, soit une baisse de 23% de ce taux.

Épisiotomie et césarienne

De même le nombre d’épisiotomie est en chute, et c’est plutôt une bonne nouvelle ! Cette incision du périnée pratiquée pour éviter une déchirure plus grave, rarement consentie par les futures mamans, est passé de 55% en 1998 à 20% en 2016, soit un taux en baisse de -63% !

Enfin, avec 20,2% des accouchements effectués par césarienne, la France se classe par ailleurs 7ème sur 28 en Europe.

 

A noter cette excellente initiative du journal Le Monde qui permet de comparer les maternités près de chez soi sur la base de ces éléments statistiques.

 

Maternité, allaitement et baby-blues.

Durée du séjour en maternité et du congé de maternité

La durée standard après un accouchement est de 3 jours minimum en cas d’accouchement par voie basse et 4 jours pour une césarienne.

Si certains établissements sont enclins à libérer plus tôt les jeunes mères lorsque leur état le leur permet ou si elles en font la demande, la moyenne s’établie en réalité à 4.2 jours.

Ajoutons enfin une petite notion sur les pères, et ce n’est pas glorieux : la dernière statistique connue concerne l’année 2016 et fait état de 96 % des congés parentaux… pris par les mères !

 

Choix de l’allaitement

S’il est unanimement recommandé par tous les médecins, le choix de l’allaitement maternel est de plus en plus discuté par les françaises. Alors, sein ou biberon ?

Aujourd’hui, près de 66% de françaises allaiteraient leur bébé à la maternité. Au retour à domicile, ce taux diminue vers 3 semaines, puis vers 10 à 12 semaines. Six mois après le retour à la maison, seules 18 % des femmes allaitent encore leur enfant, contre 40 % en Espagne et 70 % en Suède.

La durée moyenne de l’allaitement en France se situait autour de 17 semaines selon une étude réalisée en 2017.

 

Les crevasses d’allaitement ?

Sorte de gerçures située sur le mamelon ou l’aréole, les crevasses d’allaitement surviennent généralement au tout début de l’allaitement. Si elles sont souvent dues à une mauvaise prise du sein dans la bouche par le bébé, elles constituent l’un des premiers soucis liés à l’allaitement pour une mère.

 

Baby blues

Phase de déprime qui touche les femmes quelques jours généralement après l’accouchement, le Baby blues ou mal de mère est souvent lié à plusieurs facteurs comme la fatigue, le stress ou encore les hormones.

Entre 50 à 80% des jeunes mamans seraient affectées de ce trouble qui dure généralement entre 3 ou 4 jours après l’accouchement.

Les symptômes ? Humeur dépressive, manque d’appétit, troubles du sommeil…

 

bbnove e-shop puériculture design - concept store made in france pour bébés Les françaises et l'accouchement
Les françaises et l’accouchement

 

La solution bbnove pour contrer le baby-blues ? Rien de mieux que de s’offrir ou se faire offrir l’un de nos coffrets de naissance, qui vous apporteront bonne humeur et sérénité dans votre nouvelle vie de parents !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

quis at ut ante. dapibus elementum consectetur velit, massa